Edito

Encore une utopie, plus qu’une illusion…rompre des frontières !

Arriver au dialogue théâtral même quand l’interloc…acteur n’est pas à portée de mains, voici un défi digne de ces nouvelles technologies qui, en nous envahissant,  amplifient le champ du possible dans l’art de la représentation.  Encore plus s’agissant de jeu interactif, de théâtre forum.

Nos réflexions pour la construction d’un projet international alliant exportation d’image et de son avec des représentations de théâtre forum dans deux endroits physiquement distants, ont commencé à se concrétiser à la suite  d’échanges  téléphoniques avec les partenaires potentiels.

En premier lieu, la Palestine, où  Ashtar Theatre conduit un  travail théâtral  par Skype entre Ramallah et Gaza, ce qui nous avait énormément marqué lors de la formation que, en 2013, nous avions dirigée dans ce pays,  oui, ce pays !

Fruit des échanges déjà réalisés ces dernières années, Ponta do Sol, Gênes et Timisoara sont venus ensuite, marquant notre volonté commune d’approfondir nos expériences en associant  culture et  actions sociales axées sur la jeunesse.  Dans ces quatre pays, nous avions  des partenaires attentifs à la notion de mieux vivre ensemble, dans toute l’étendue que cette notion peut comprendre ! 

Des rencontres  « sur place»  prévues  à Madère et à Gênes permettront  au Théâtre de l’Opprimé de Paris  de partager avec acteurs et actrices/ formateurs et formatrices de ces  pays sa pratique du théâtre forum, créant ainsi  un travail à la fois commun et particulier à chaque partenaire. 

Des spectacles de théâtre forum créés dans les pays participant au projet ISOLAT seront par la suite mis  en confrontation avec le groupe de Paris, grâce à l’utilisation du  système de  streaming permettant  l’interaction   à distance. 

Casser  les barrières  physiques, soutenir des volontés communes,  renforcer la compréhension des particularités de chacun …autant de défis qui motivent ce projet international !

ISOLAT : réduire les distances…pour un autre monde possible. 

Paris, janvier 2015    

Rui FRATI

Théâtre de l’Opprimé